Cartes Postales Anciennes … Saint Chamond … Izieux … Le Creux …

Ville de Saint-Chamond

Cartes Postales_Sortie des Aciéries de la Marine
Album : Cartes Postales_Sortie des Aciéries de la Marine

5 images
Voir l'album

2. Saint - Chamond . Sortie des Aciéries de la Marine   Clic & zoom

2. Saint-Chamond (Loire) – Sortie des Aciéries de la Marine

Cette carte postale du début du siècle passé montre l’intense activité économique qui régnait à l’époque au coeur de la ville avec une sortie d’usine dans les rue noir de monde. On est ici à l’entrée principale des Aciéries de la Marine laquelle débouchait sur ce que l’on nommait communément à l’époque le cours d’Izieux. Il prit ensuite l’appellation de cours Adrien-de-Montgolfier, du nom de l’ancien ingénieur des Ponts et Chaussées devenu directeur de l’entreprise de 1874 jusqu’à sa disparition en 1913. Cette entée principale fut longtemps connue sous l’appellation de portail A, car les différents accès de l’usine étaient identifiés par les lettres de l’aphabet. Les Aciéries de la Marine avaient trouvé leur origine dans une modeste forge exploitée au tout début des années 1800 par Antoine Morel. Sa principale activité résidait à MM. Petin et Gaudet constructeurs à Rive-de-Gier. Le petit atelier Morel reprit par le fil de son fondateur  Gremain, par faute de capitaux ne connut pas la prospérité. Le 1° février 1848, Germain Morel propose à MM. Petin et Gaudet  de s’associer. En 1851 , la société prit le nom de Petin, Gaudet, Morel et fils. Trois ans plus tard, en raison de discordes entre les associés, fut formée une nouvelle société rachetée par les seuls MM. Petin et Gaudet. Si Germain Morel construit en toute hate une nouvelle usine pour travailler à son compte, ses ex-associés soutirèrent toutes les commandes , et, dés son origine, la nouvelle usine ne put fonctionner dans les meilleurs conditions. Pourtant Germain Morel était un excellent ingénieur, mais il avait toujours négligé la partie commerciale. La mort dans l’ame, il dut se résigner à vendre, l’usine et le brevet. Au terme de l’acte de vente, il en quitta la direction le 1° septembre 1853. Le lendemain on le retrouva mort au bas de la fenètre de sa chambre. 

9 février, 2018 à 23:03


Commentaires desactivés.