Cartes Postales Anciennes … Saint Chamond … Izieux … Le Creux …

Ville de -Saint-Chamond

Cartes Postales _ Place Croix-de-beaujeu
Album : Cartes Postales _ Place Croix-de-beaujeu

4 images
Voir l'album

2. Saint-Chamond _ Place Croix-de-Beaujeu et l' Hosispice des Vieillards   Clic & zoom

Saint-Chamond _ Place Croix-de-Beaujeu et l’Hospice des Vieillards

Arretons nous un instant place Croix-de-Beaujeu. La vue d’hier montre que la Croix-de-Beaujeu  était installée en plein milieu du carrefour.C’est bien évidemment au moment ou celui à été agrandi, que le monument à été dèplacé, la ou il se trouve aujourd’hui. A l’arrière plan se situe l’ancien Maison Oriol-Gillet, qui fut pendant des décennies l’asile qui accueillait les vieillards . C’est au milieu es années quatre-vingt-dix que son transfert fut effectué par la municipalité dans un nouvel édifice construite aux Charmilles devenu contre long séjour. Le batiment d’une belle architecture à été aménagé pour accueillir le lycée privé professionnel Saint-Vincent. Et en face la maison qui abritait jadis le bureau d’octroi est toujours là avec une heureuse idée d’avoir conserveé l’enseigne. Ce quartier ou l’on accédait soit par la rue de la Rive ou la rue de la Pichelière en venant du centre ville, avait son appellation coutumière en rapport avec la Croix-de-Beaujeu . Voici plus de trente ans existait la Commune libre qui avec toute une équipe conduisait une action généreux à l’intention d’une aide apportés aux vieillards dont les ressources étaient insuffisantes . Les principaux animateurs  de cette Commune était le Maire : Louis Philippon, le président : Maurice Bertholon , le vice-président : Jean Foutenay, le secrétaire : Antoine Rabeyrin, le trésorier : Denis Boroine, le trésorier-adjoint : Felix Métral, les membres : MM. Julien Laroche,Martin,Garnier,Dugua . Dans le comte-rendu de l’assemblée générale du 11 janvier 1965 on pouvait  lire . »Au court de l’année 1964, il y a été distribué à Paques 10 francs, le 14 juillet un colis d’une valeur de 10 francs plus une somme de 5 francs , et enfin pour les fetes de fin d’année un colis d’une valeur de 20 francs .Tous ces dons représentent une valeur de 1 500 francs. Pour les recueillir plusieurs organisations avaient été nécessaires : trois bals, une campagne de brioche, un concours de belote organisé au Foyer du Combattant. Pour cette année 1965, un gala de catch était envisagé. » La Commune libre de la Croix-de-Beaujeu, Saint-Pierre fut un bel exemple de solidarité que beaucoup doivent encore se souvenir. Elle a disparu à la fin de années soixante, époque ou le Bureau ‘aide sociale a eu cette vocation d’aider les plus démunis.

9 février, 2018 à 22:58


Commentaires desactivés.